Les Arts Martiaux Malaisiens, Philippins et Indonésiens analyticstracking

KALI ESCRIMA - LES ARTS MARTIAUX MALAISIENS, PHILIPPINS ET INDONESIENS


L'art des arts martiaux Philippins est ainsi traduit vers une voie purement guerrière. Cet art a survécu au temps à travers des années dans les plus grandes traditions secrètes entre les membres de même clan, de même village, ou encore quelques fois, de même famille.

Tous bons pratiquants de Kali Escrima qui se respecte, doit connaître la terrible bataille qui opposa les guerriers Moros du grand chef Philippin, Lapu Lapu, face à l'équipage de toute une flottes de cinq navires du découvreur Magellan.

L'histoire débuta lorsque Magellan, le célèbre navigateur portugais, entreprit son voyage vers de nouveaux mondes, qui découvrit d'ailleurs un passage maritime, qui portera son nom pour devenir le célèbre détroit de Magellan, situé entre l'extrémité sud de l'Amérique et la Terre de Feu.

Peu de temps après sa découverte des Philippines, Magellan fût attentif au refus d'un roi d'une île qui ne voulait se résigner à la puissance Espagnole. Magellan ne perdit pas un instant et fît route vers l'île de Mactan où se trouvait ce fameux roi marginal.

Lorsque Magellan et son équipage de 60 hommes débarquèrent sur la plage, une bataille inévitable fît rage. D'un côté les Espagnols armés d'épées et de dagues et de l'autre les guerriers Morros armés pour la plus part de différentes lames appelée machette, Kriss ou bolo, ainsi qu'une puissante maîtrise de leurs armes et de leurs systèmes de combat dans toutes les distances. Les Espagnols furent obligés de se replier car la bataille avait fait beaucoup trop de perte.

Pendant cette bataille sanglante, Magellan fût blessé à de multiples endroits et malheureusement ne se remis jamais de ce terrible affrontement. Il décéda un an après, en 1521, cette bataille de l'île de Mactan.

Depuis ce temps, les Philippins ont dû se résigner à l'abandon, car après la reconquête d'autres armées plus puissantes, cette fois armées d'engin plus dévastateurs que sont les armes à feu, furent obligés d'accepter de prêter serment d'allégeance à la couronne d'Espagne.

Depuis ces guerres, d'autres combats continuèrent mais cette fois-ci sur des rings de compétitions à mort où la loi du plus fort stratégiquement était reconnue en temps que telle.

Aujourd'hui, les derniers à pratiquer cet art pour survivre sont les forces spéciales de sécurité national tel que des hommes comme les Marines, les Navy Seals, la SWAT, le GIGN, le RAID, le GIPN et bien d'autre encore.

D'autre pratiquants, plus amateur, travaille ce système pour trouver la source de leurs capacités martial et étendre leurs connaissances dans des milieux plus vastes que leurs savoirs acquis dans leur environnement proche.